Représentant des usagers : un lien fort, au service des patients

Article le

Dans les établissements médicaux, les représentants des usagers veillent au respect des droits des patients et se font le relais de leurs demandes et besoins afin d’améliorer leur prise en charge.

Représentant des usagers : un lien fort, au service des patients

Claire Cardon a été patiente dans divers établissements avant de s’investir il y a plusieurs années en tant que représentante des usagers à la Clinique Jouvenet (Paris). Pour cette retraitée qui a côtoyé le monde médical de l’intérieur, il est important de revenir à une relation de confiance entre les patients et les établissements de santé. Un engagement bénévole, fondé sur le dialogue et l’écoute. 

Optimiser l’expérience patient

« Je suis adhérente d’une association de patients depuis plusieurs années et ai donc assisté à l’évolution des établissements hospitaliers vers une plus grande prise en compte du rôle de représentants des usagers. Cela m’aide à comprendre les problématiques des patients et les initiatives permettant d’améliorer leur quotidien », explique Claire Cardon.

Les questions d’hygiène, de sécurité, l’offre hôtelière, la prise en charge de la douleur, le thème de la bientraitance ou encore la prise en compte du régime alimentaire sont les thématiques qui reviennent le plus souvent dans les questionnaires que les patients remettent à la fin de leur séjour.

Fluidifier les rapports patients-soignants

« Nous nous appuyons sur les retours des patients pour faire le bilan des améliorations à apporter et des évolutions par rapport aux années précédentes. C’est un vrai travail d’équipe et il est important de bien connaître l’établissement, pour être efficace auprès des divers acteurs ! ».  

Proposer des projets pour améliorer le quotidien des patients, faire la médiation entre les demandes des patients et le personnel médical, telles sont les missions des représentants des usagers qui font le lien et instaurent un échange.

« À leur contact, on se rend compte que ce dont les patients ont le plus besoin, c’est d’être écoutés et informés. Les représentants des usagers sont là pour entendre leur peur de l’inconnu et leur besoin d’être pris en compte sur le plan humain. » précise Claire Cardon. « Je m’inspire des avancées d’autres établissements pour impulser des changements dans la clinique… C’est gratifiant ! »

Article précédent

Prise en charge de l’alcoolisme à la Clinique du Petit Colmoulins

Se délivrer d’une dépendance à l’alcool ne peut se faire sans prise en charge thérapeutique globale.

Article suivant

L’anesthésie par réalité virtuelle, c’est possible !

Pour diminuer l’anxiété avant une intervention chez ses patients, la Clinique Lille Sud a fait le choix de la réalité virtuelle.